© Shutterstock

Le blues des managers

par Stéphane Vincent François Desriaux / avril 2013

Les cadres aussi souffrent au travail. Alors qu'ils ont fait les frais de la vague médiatique sur le harcèlement moral dans les années 1990, ils sont aujourd'hui eux-mêmes victimes de dépression, de burn out et parfois poussés au suicide.

Il faut dire qu'ils ont beaucoup perdu : de chefs (petits ou grands) investis de pouvoirs arbitraires et de l'autorité, ils sont devenus managers ou encadrants de proximité, soumis comme leurs collaborateurs à de multiples pressions liées à la demande, à l'interdépendance des organisations et au contrôle de systèmes de reporting de plus en plus exigeants. L'encadrement autonome s'est réduit comme peau de chagrin et a laissé place à l'encadrement contraint.

Accaparés par l'alimentation de la "machine de gestion", censés motiver leurs troupes à l'aide de la bonne parole de la direction, les managers sont de plus en plus coupés du travail réel. Et de moins en moins en capacité d'aider leurs équipes à résoudre les difficultés de l'activité, d'arbitrer entre les injonctions contradictoires que sont la productivité à augmenter, la qualité à maintenir, le service au client à satisfaire, les coûts à maîtriser...

Le salut, pour eux-mêmes et pour leurs collaborateurs, passe par la reconquête de marges de manoeuvre. Plus sûrement que par des formations au "bon management".

Jean ou la souffrance éthique du manager

par Dominique Huez médecin du travail / avril 2013

Ne plus pouvoir faire un travail de qualité et devoir le justifier auprès de ses collaborateurs, en reniant ses propres valeurs éthiques, peut mener un manager à la dépression. C'est ce qui est arrivé à Jean, cadre dans la bancassurance. Récit.

En septembre 2000, Jean intègre un groupe de bancassurance. En charge d'une agence de quatre personnes, avec une fonction de responsable de marché des particuliers, il fait de la coordination managériale un tiers de son temps. Au bout de deux ans, il devient responsable de trois agences, puis de cinq. Il fait alors exclusivement du management : "Je travaillais de 6 à 21 heures ; j'y allais le samedi et le dimanche." Jean se considère comme "besogneux". Il abat beaucoup de travail, trop peut-être. Il développe un activisme professionnel non régulé, dont le poids pèse sur sa famille. Mais il trouve du plaisir dans ce travail : "Le plaisir, c'est le client, la satisfaction du sinistre que l'on peut payer !" Et il est fier du management qu'il y développe, du transfert des connaissances à son...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous