© Christophe Boulze
© Christophe Boulze

L’ergonome qui aimait l’école

par Nathalie Quéruel / avril 2022

D’un côté ou de l’autre du pupitre, Dominique Cau-Bareille a passé une bonne partie de sa vie dans les salles de classe. Fille d’instituteurs devenue chercheuse en ergonomie à Lyon, elle se distingue par ses enquêtes sur les conditions de travail des enseignants.

Il n’est guère étonnant que Dominique Cau-Bareille, maîtresse de conférences à l’Institut d’études du travail de Lyon (IETL), ait fait du milieu enseignant, et particulièrement celui du primaire, son domaine de prédilection. Ses recherches en ergonomie, qu’il s’agisse des fins de carrière des professeurs ou de l’impact du genre sur leurs conditions de travail, font autorité. Mais c’est avec une simplicité touchante qu’elle confie : « J’aime l’école. »
La première dont elle se souvient, c’est celle du petit village de Milly, dans le Maine-et-Loire, où ses parents instituteurs ont été mutés, avant que son père soit nommé directeur d’école, dans la commune proche de Gennes. La maison de son enfance possédait une cour de récréation. Le week-end, elle s’amusait à préparer les polycopiés pour les élèves, en faisant tourner la « ronéotypeuse » à l’entêtante odeur d’alcool. « Mon père, issu d’une famille paysanne pauvre, considérait l’école comme un vecteur essentiel de la connaissance, raconte-t-elle. Même en 1968, il a continué à faire classe… dans les bois. C’est de lui que je tiens mon attachement au monde enseignant. »

Docteure en vieillissement au travail

Il lui aura cependant...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous