L'Europe en panne sur la prévention

par Laurent Vogel directeur du département conditions de travail, santé et sécurité de l'Institut syndical européen (ETUI) / avril 2012

Alors que les conditions de travail se détériorent au sein de l'Union européenne, celle-ci peine à élaborer une stratégie de prévention. Si le Parlement européen propose des pistes d'action, la Commission préfère botter en touche.

Les conditions de travail continuent à se dégrader en Europe. C'est ce qu'indiquent les résultats de la 5e enquête de la Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail (Eurofound), menée en 2010. Cette détérioration est surtout corrélée à une intensification du travail. Mais une autre tendance lourde s'affirme : la persistance d'une ségrégation sexuelle au travail. Partout en Europe, le recours au temps partiel contribue à la précarisation du travail des femmes. Il est devenu la norme de l'emploi féminin aux Pays-Bas ou en Allemagne. Si on considère le cumul entre le temps de travail rémunéré et les tâches non rémunérées, 31,5 % des travailleuses européennes ont des semaines égales ou supérieures à 70 heures, contre 13,5 % des hommes.

Un plaidoyer pour la prévention des risques professionnels
Stéphane Vincent

Réalisé par l'eurodéputée Karima Delli (Verts), le rapport " sur l'examen à mi-parcours de la stratégie européenne 2007-2012 pour la santé et la sécurité au travail " est en fait un plaidoyer pour une prévention des risques professionnels à l'échelle de l'Union. Il réclame d'ailleurs que la réglementation sur la santé au travail soit épargnée par les politiques d'économies engagées face à la crise.

Il suggère, entre autres, de mieux étudier et prendre en compte les risques spécifiques auxquels les femmes sont exposées, de donner à tous les salariés l'accès à la formation et au système de prévention, de garantir l'indépendance des professionnels de santé au travail et de mieux prévenir les troubles musculo-squelettiques, psychosociaux et les risques chimiques, en lien avec l'organisation du travail. Il demande aussi des sanctions pour les employeurs ne respectant pas leurs obligations. Enfin, il propose des mesures concrètes : renforcement de l'Inspection du travail avec l'objectif contraignant d'un inspecteur pour 10 000 salariés, création d'une liste européenne de maladies professionnelles, intégration de la santé et sécurité au travail dans les critères d'attribution des marchés publics...

Des propositions que la députée est venue exposer lors d'une journée organisée le 7 février dernier avec le site Basta ! (voir www.bastamag.net) et l'association Alter-médias sur le thème : " Transformer le travail, un enjeu politique ".

On constate également un accroissement des inégalités entre groupes socioprofessionnels. Le pourcentage de travailleurs estimant qu'ils pourront continuer à faire le même travail lorsqu'ils auront atteint l'âge de 60 ans a faiblement augmenté entre 2000 et 2010 : il est passé de 57 % à 59 %. En revanche, parmi les ouvriers, ce chiffre recule et passe sous la barre des 50 %, quel que soit le niveau de...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous