© Shutterstock

Les maladies psychiques liées au travail

par Stéphane Vincent / janvier 2017

Burn-out, mal-être, risques psychosociaux, harcèlement moral... Tous ces termes, régulièrement utilisés dans notre environnement professionnel ou les médias, sont autant d'impasses pour la prévention et la prise en charge des troubles psychiques générés par le travail. En effet, ils ne permettent pas de comprendre comment ces troubles se nouent dans la façon singulière dont chaque individu, sans en être conscient, engage son histoire, ses valeurs, sa santé dans un travail toujours riche de contraintes, d'imprévus, de contradictions...

Il faut donc revenir aux fondamentaux. Quels sont les ressorts psychiques de notre engagement dans le travail ? Par quels processus peut-on basculer de la santé à la maladie ? Pourquoi les schémas classiques de prévention sont-ils inopérants ? Tout cela ramène au travail, source de souffrance ou de santé, un risque qu'on ne peut supprimer, contrairement à l'exposition au bruit... Le travail est aussi une zone de conflits rarement discutés. C'est en les mettant au jour que les salariés peuvent se réapproprier ce qui leur arrive, que la prévention, d'individuelle, peut devenir collective.

Une démarche qui nécessite que chaque acteur de la prévention et du soin revoie ses pratiques. L'enjeu est important, pour ceux qui souffrent, mais aussi pour la société. Car les coûts humains et économiques liés à la souffrance au travail deviennent exorbitants.

Les limites de la prévention

par Christian Torres médecin du travail, Annie Deveaux médecin du travail, Anne Flottes psychodynamicienne du travail / janvier 2017

La prise en charge des pathologies psychiques liées au travail suppose de sortir des modèles de prévention classiques, inadaptés, et d'investiguer la complexité de l'activité déployée par les salariés. Car c'est là que se noue leur souffrance au travail.

Le travail a toujours suscité de la souffrance psychique. Mais depuis quelques décennies, les atteintes à la santé mentale d'origine professionnelle prennent de l'ampleur et de nouvelles formes, tout en étant explicitement attribuées à des transformations des organisations du travail. La généralisation des exigences de rentabilité, de délai, de compétitivité entre et au sein des entreprises et des services, de polyvalence sans formation se traduit par de nouvelles formes d'intensification du travail, de concurrence entre salariés, et bouscule les représentations sur le sens de l'activité. Les corps, le rapport au travail et les relations sociales en souffrent. Ces nouvelles pénibilités donnent lieu essentiellement à des troubles musculo-squelettiques et des pathologies psychiques.

L'étude de la littérature épidémiologique montre que la souffrance mentale liée au travail représente aujourd'hui un phénomène préoccupant, qui concernerait des fractions importantes de la population. Elle constitue l'un des principaux motifs de recours au réseau des consultations de pathologie professionnelle. Elle génère également de plus en plus de visites auprès de la médecine générale.

En...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également

De multiples raisons de s'arrêter

L'absentéisme au travail pour raison de santé, perçu comme un écueil par les entreprises, recouvre des problématiques très différentes selon la durée des arrêts. Une réalité à prendre en compte pour...
par Serge Volkoff, statisticien et ergonome / avril 2019

La sinistrose, un trouble mental né de la loi de 1898

A peine entrée en vigueur, la loi de 1898 sur les accidents du travail engendre une affection psychique, la sinistrose : des blessés, une fois guéris, se disent incapables de retravailler. Réalité ou...
par Nathalie Crochepeyre ingénieure d'études au Centre d'histoire judiciaire et membre de l'équipe de recherches en droit social (université de Lille) / juillet 2018

Le casse-tête du burn-out

L’adoption, la semaine dernière, d’une nouvelle classification internationale des maladies a relancé le débat sur le burn-out. L’Anses estime que la question de la reconnaissance de l’origine...
par Clotilde de Gastines / 04 juin 2019