© Adobe Stock
© Adobe Stock

L’intensité du travail, facteur de transmission du Covid-19

par Catherine Abou El Khair / 28 mai 2021

L’enquête publiée aujourd’hui par le ministère du Travail lève un coin du voile sur un angle mort dans la diffusion de l’épidémie : les contaminations en milieu professionnel. Les conditions d’exercice de l’activité n’ont pas toujours permis le respect des protocoles sanitaires.

Parmi les 18 % d’actifs occupés qui indiquent avoir eu le Covid-19, un peu plus d’un quart (28 %) estime avoir « très probablement » contracté le virus dans un cadre professionnel. S’y ajoutent 21 % qui jugent cette source de contamination « possible ». Voilà ce que dévoile l’enquête TraCov1, publiée par la direction de l’Animation de la recherche, des Etudes et des Statistiques (Dares) au ministère du Travail, ce vendredi 28 mai. Conduite entre le 1er janvier et le 7 mars 2021 auprès de 17 261 personnes, cette étude – la première à être statistiquement représentative de la population française – cherche à mieux comprendre les mécanismes de transmission du virus, en comparant les déclarations des interrogés et leurs conditions de travail.
Premier point : les suspicions d’une infection d’origine professionnelle sont fortement associées à l’intensité et la fréquence des contacts avec d’autres personnes (collègues, clients ou usagers) dans le cadre de l’activité, ou au moment des transports. Ainsi, 10 % des salariés contaminés et exposés à ces contacts jugent très plausible cette origine de la transmission...

  • 1. Le vécu du travail et du chômage pendant la crise sanitaire liée au Covid-19

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous