La marche arrière risquée de l'Europe

par Luc Peillon / avril 2009

Directeur du département santé et sécurité de l'Institut syndical européen, Laurent Vogel dénonce les brèches ouvertes par la Commission dans le dispositif d'interdiction de l'amiante. Au moment où l'Afsset propose de durcir les règles relatives à la prévention contre l'amiante, les institutions internationales, et notamment l'Europe, semblent faire marche arrière. Comment est-il possible, dix ans après l'interdiction de l'amiante au sein de l'Union, que la fibre puisse être encore présente sur le marché ? Laurent Vogel : En 1999, l'Union européenne décide d'interdire l'amiante au 1er janvier 2005, tout en accordant un délai de trois ans aux industriels recourant à l'électrolyse. Ces dérogations, suivant la directive, ne pouvaient être supprimées qu'à la suite d'un rapport élaboré par...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également

Le CHSCT, témoin du travail réel

Utilisateur d'informations sur la santé au travail, le CHSCT en produit également à travers ses différents écrits. Une facette stratégique de son activité, qui doit lui permettre de rendre compte des...
par Laurence Théry directrice du travail / octobre 2016