© Adobe Stock
© Adobe Stock

Une médecin au chevet des droits humains

par Nathalie Quéruel / janvier 2021

Auteure d’un ouvrage dénonçant la déshumanisation des conditions de travail et de l’accueil des malades à l’hôpital, aujourd’hui médecin généraliste, Sabrina Ali Benali continue de défendre une pratique soucieuse de la dignité et des droits des patients.

Le prix qu’elle a reçu le 6 octobre dernier pour son livre paru en 2018, La révolte d’une interne. Santé, hôpital : état d’urgence, aura apporté un surcroît d’énergie à Sabrina Ali Benali. Ce prix, décerné par Le toit citoyen, association œuvrant pour les CSE, récompensait le meilleur ouvrage sur le monde du travail. « Au-delà de la reconnaissance de mon action militante, le recevoir des mains de Jean Auroux, aux côtés d’Alain Supiot, deux grands hommes du camp progressiste, m’a donné le sentiment d’appartenir à cette famille intellectuelle qui défend les droits humains », raconte cette femme médecin de 35 ans, aujourd’hui généraliste remplaçante aux Urgences médicales de Paris1 .
Son travail la fait arpenter trois nuits par semaine les quartiers populaires de l’Est de la capitale. Elle y trouve un peu de l’adrénaline qui fait le sel des urgences à l’hôpital, où elle a réalisé une partie de son internat jusqu’en 2018 : « Il faut mettre en jeu toutes ses compétences pour un diagnostic rapide pouvant sauver une vie. » Avec une dimension sociale qui n’est pas pour lui déplaire : « Au domicile des patients, on appréhende...

  • 1Société civile de moyens, regroupant des généralistes libéraux.

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous