© Adobe Stock
© Adobe Stock

Une médecin au chevet des droits humains

par Nathalie Quéruel / janvier 2021

Auteure d’un ouvrage dénonçant la déshumanisation des conditions de travail et de l’accueil des malades à l’hôpital, aujourd’hui médecin généraliste, Sabrina Ali Benali continue de défendre une pratique soucieuse de la dignité et des droits des patients.

Le prix qu’elle a reçu le 6 octobre dernier pour son livre paru en 2018, La révolte d’une interne. Santé, hôpital : état d’urgence, aura apporté un surcroît d’énergie à Sabrina Ali Benali. Ce prix, décerné par Le toit citoyen, association œuvrant pour les CSE, récompensait le meilleur ouvrage sur le monde du travail. « Au-delà de la reconnaissance de mon action militante, le recevoir des mains de Jean Auroux, aux côtés d’Alain Supiot, deux grands hommes du camp progressiste, m’a donné le sentiment d’appartenir à cette famille intellectuelle qui défend les droits humains », raconte cette femme médecin de 35 ans, aujourd’hui généraliste remplaçante aux Urgences médicales de Paris1.
Son travail la fait arpenter trois nuits par semaine les quartiers populaires de l’Est de la capitale. Elle y trouve un peu de l’adrénaline qui fait le sel des urgences à l’hôpital, où elle a réalisé une partie de son internat jusqu’en 2018 : « Il faut mettre en jeu toutes ses compétences pour un diagnostic rapide pouvant sauver une vie. » Avec une dimension sociale qui n’est pas pour lui déplaire : « Au domicile des patients, on appréhende...

  • 1. Société civile de moyens, regroupant des généralistes libéraux.

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous