© Patrice Raveneau/Andeva
© Patrice Raveneau/Andeva

Le médecin du travail qui défendait l'amiante

par Frédéric Lavignette / avril 2018

Les victimes de l'amiante demandent la récusation des juges d'instruction dans le dossier de l'usine Ferodo-Valeo de Condé-sur-Noireau (Calvados). En cause, une expertise judiciaire sur le rôle du médecin du travail qui défendait l'usage du matériau cancérogène.

Le bras de fer continue entre les victimes de l'amiante et les juges d'instruction du pôle judiciaire de santé publique de Paris. Dernier épisode en date, l'Association nationale de défense des victimes de l'amiante (Andeva) a déposé une requête en récusation des magistrats dans le dossier emblématique de Condé-sur-Noireau (Calvados), à la suite des révélations publiées le 19 février par le site Mediapart1. L'association considère, dans un communiqué du 20 février, qu'"il est maintenant évident que cette instruction a été menée exclusivement à décharge, que les magistrats du pôle judiciaire de santé publique se sont ingéniés à détricoter toutes les charges qui pesaient sur les principaux protagonistes de l'affaire".

Mediapart a en effet mené l'enquête sur une expertise judiciaire relative à l'action du Dr Claude Raffaelli, ancien médecin du travail de l'usine de transformation d'amiante Ferodo-Valeo à Condé-sur-Noireau. Mis en examen en 2007 pour blessures et homicides involontaires et non-assistance à personne en péril, ce praticien a été placé dix ans plus tard sous le simple...

  • 1.

    "Amiante : les écrits accablants du médecin clé qui ne sera pas jugé", par Eliane Patriarca.

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous