© Adobe Stock
© Adobe Stock

Médecine du travail sur ordonnance

par Clotilde de Gastines / 02 avril 2020

Face à la pandémie de Covid-19, le ministère du Travail vient de prendre une ordonnance recentrant les missions des services de santé au travail sur l’urgence sanitaire. Jusqu’au 31 août, les médecins du travail pourront notamment prescrire des arrêts maladie.

Alors que l’Hexagone vit sa troisième semaine de confinement – qui ne concerne pas les salariés exerçant des métiers indispensables au fonctionnement du pays –, le ministère du Travail a soumis cinq ordonnances au Conseil des ministres, mercredi 1er avril. L’une d’elles redéfinit les missions des services de santé au travail (SST) dans le cadre de l’épidémie de Covid-19. Elle vise à « adapter les conditions d’exercice et les missions des services de santé au travail à l’urgence sanitaire », comme le précise le titre du texte.

« Les services vont devoir se bouger »

Cette ordonnance va permettre de « résoudre plusieurs problèmes », selon Bernard Salengro, médecin du travail et expert confédéral de la CFE-CGC. Plusieurs directions de SST ont en effet mis leurs équipes en chômage partiel pour bénéficier des aides de l’Etat, ce qui a scandalisé le ministère et provoqué pas mal de réactions chez les praticiens. Entre autres, ceux ayant dans leurs effectifs des personnels soignants ou en contact avec le public, contraints d’assurer une continuité de service. Pour ces services de santé au travail « qui n’ont pas pris la mesure du problème, l’ordonnance dit qu’ils vont devoir se...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également

Une occasion unique pour débattre du travail

L'examen du document unique d'évaluation des risques peut être le point de départ d'une dynamique de prévention, si le CHSCT ne s'en tient pas à un contrôle formel et privilégie la parole des salariés...
par Philippe Davezies enseignant- chercheur en médecine et santé au travail à l'université Claude-Bernard Lyon 1. / juillet 2008

Expositions cancérogènes  : optimiser le suivi des retraités, c'est possible !

Instauré en 1995, le suivi médical postprofessionnel des travailleurs ayant été exposés à des cancérogènes reste peu usité. Les programmes Spirale (Inserm) et Espri (InVS) apportent la preuve qu'il...
par Matthieu Carton médecin épidémiologiste à l'unité 687 de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Patrick Rolland épidémiologiste au département santé travail (DST) de l'Institut de veille sanitaire (InVS). / juillet 2009