© NATHANAËL MERGUI / MUTUALITÉ FRANÇAISE
© NATHANAËL MERGUI / MUTUALITÉ FRANÇAISE

Menace sur les consultations de pathologies professionnelles

par François Desriaux / juillet 2014

La branche accidents du travail-maladies professionnelles de la Sécurité sociale vient d'annoncer une réduction de sa dotation aux centres de consultations de pathologies professionnelles. Une décision qui les met en danger.

Dominique Martin, le directeur de la prévention des risques professionnels (DRP) de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam-TS), a beau vouloir se montrer rassurant, sa décision de réduire la dotation versée par la branche accidents du travail-maladies professionnelles (AT-MP) de la Sécurité sociale aux consultations de pathologies professionnelles, installées dans les centres hospitaliers universitaires, est très mal vécue. Moins 10 % par an jusqu'en 2017. C'est l'annonce faite le 10 juin lors d'un comité de pilotage du Réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles (RNV3P). Ce réseau est coordonné par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) pour assurer une vigilance sur les maladies liées au travail et détecter de nouvelles pathologies professionnelles, à partir des données collectées par les consultations de pathologies professionnelles du territoire. Il se voit aussi privé des 50 000 euros annuels versés par la branche AT-MP pour son fonctionnement. "C'est à l'Etat de prendre en charge ce budget, estime le DRP. Quant aux 10 % de réduction des sommes allouées aux consultations pour 2014, tout le monde est logé à la même enseigne ...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous