© Adobe Stock
© Adobe Stock

Des métiers en tension car trop pénibles

par Joëlle Maraschin / janvier 2022

La pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs d’activité pourrait se résorber, si les conditions de travail s’amélioraient. Un domaine dans lequel les entreprises disposent de marges de manœuvre.

Ils étaient employés dans l’hôtellerie-restauration, la construction, les services à la personne ou encore le transport de voyageurs. Mais, après la période de chômage partiel imposée par la pandémie, ils ne sont pas revenus dans leur entreprise. De nombreux salariés ont cherché ailleurs une herbe plus verte, désertant notamment les mauvaises conditions de travail. Les services statistiques du ministère du Travail estiment, par exemple, que l’hébergement-restauration1 a perdu entre février 2020 et février 2021 près de 240 000 employés. « La crise sanitaire a permis une prise de conscience, les salariés ne veulent plus être corvéables à merci », souligne Stéphanie Dayan, secrétaire nationale de la Fédération des services CFDT, en charge des négociations en cours sur les rémunérations et les conditions de travail.
Certes, le taux de rotation des effectifs dans la branche est habituellement très élevé : 30 % des salariés s’en vont chaque année. Les départs étaient jusqu’alors compensés par le flux de nouveaux arrivants. Or...

  • 1« Hébergement-restauration : quelle évolution des effectifs avec la crise ? », par Victor Barry, Tristan Paloc et Justine Obser, Dares Focus n° 52, septembre 2021.

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous