© Adobe Stock
© Adobe Stock

« Mettre en valeur l’importance politique de l’autonomie au travail »

entretien avec Thomas Coutrot, économiste
par Rozenn Le Saint / juillet 2022

Entré en 1990 au ministère du Travail, l’économiste et statisticien Thomas Coutrot y coordonnait les études sur la santé au travail depuis 2003. Parti en retraite en juin, il continue ses activités de recherche, axées sur les questions de démocratie au travail.

Quelles sont les principales évolutions du monde du travail que vous avez pu observer au cours de votre carrière de statisticien ?
Thomas Coutrot : D’abord, il y a eu une accélération des rythmes de travail, des années 1980 jusqu’au début des années 2000. Depuis, l’intensité du travail s’est stabilisée, à un niveau élevé, mais on observe une érosion régulière de l’autonomie dans le travail. Enfin, nous avons constaté l’émergence de problématiques nouvelles, comme la question des conflits éthiques. Le rapport Gollac, issu du collège d’expertise sur le suivi des risques psychosociaux, a guidé une refonte des enquêtes pilotées par la direction de l’Animation de la recherche, des Etudes et des Statistiques. Des investissements méthodologiques ont permis une amélioration de la qualité de nos outils, avec l’enquête Conditions de travail - risques psychosociaux, menée en 2013, 2016 et 2019, et bientôt en 2024. En attendant, nous avons réalisé en urgence, début 2021, une enquête sur le travail pendant la crise sanitaire, TraCov.

Quelles leçons sur le travail peut-on tirer de la crise sanitaire ?
T. C. :
Au début de la pandémie, il y a eu un relâchement du management par le chiffre...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous