Michel Gollac : "Il faut débattre des façons de bien faire le travail"

entretien avec Michel Gollac, sociologue
par Rozenn Le Saint / octobre 2014

Sociologue et coauteur avec Yves Clot du livre Le travail peut-il devenir supportable ?, il prône le renforcement de la démocratie et de l'autonomie des salariés dans les entreprises, vecteurs de santé et d'efficacité à long terme.

Quelles sont les conséquences sur la santé des salariés d'une reprise de l'intensification du travail, soulignée par la dernière enquête nationale Conditions de travail ?

Michel Gollac : L'intensification du travail a des incidences directes sur le stress, qui engendre des maladies cardiovasculaires et mentales, probablement aussi des allergies et des cancers. Elle a également des conséquences indirectes : en particulier, elle empêche les gens de bien faire leur travail. Les travailleurs sont alors pris dans des conflits de valeurs, également facteurs de stress. L'intensité excessive du travail pénalise particulièrement les seniors : l'exigence de vitesse prend le dessus sur celles de précision, de réflexion sur l'amélioration des organisations... Donc sur les qualités qu'ils ont développées tout au long de leur carrière.

Pour sortir de ce cercle vicieux, vous prônez le développement de la démocratie dans les entreprises et une plus grande autonomie des salariés. Cette même enquête Conditions de travail note que de plus en plus de salariés font état de discussions collectives sur l'organisation du travail. Pour autant, ils souffrent davantage... Que préconisez-vous pour que...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous