© AdobeStock
© AdobeStock

« Mieux comprendre les situations des salariés en amont des inaptitudes »

entretien avec Catherine Levrat-Pinatel, chargée de mission à l’Association régionale pour l'amélioration des conditions de travail (Aract) Occitanie
par Corinne Renou-Nativel François Desriaux / 27 septembre 2021

Une étude expérimentale menée sur plus d’un million de salariés en Occitanie a permis de dresser un portrait-robot des inaptitudes. Catherine Levrat-Pinatel, chargée de mission à l’Aract Occitanie, en précise les résultats et l’intérêt pour la prévention de la désinsertion professionnelle.

Comment est né le projet expérimental Inaptitudes en Occitanie, diagnostics et analyses (Ioda) ?
Catherine Levrat-Pinatel : Le comité régional d’orientation des conditions de travail (Croct) et ses partenaires sociaux ont été surpris que l’on ne connaisse pas le nombre de décisions d’inaptitudes en Occitanie et que l’on n’ait pas davantage de précisions sur les métiers les plus touchés, les secteurs d’activité les plus concernés, les circonstances dans lesquelles les salariés deviennent inaptes. Pour combler ces lacunes, le Croct, accompagné de plusieurs partenaires (voir encadré), et les services interentreprises de santé au travail se sont engagés dans le projet Ioda. Il vise à recueillir et caractériser les inaptitudes du point de vue de l’âge, de l’ancienneté, du genre, de la catégorie socioprofessionnelle, des pathologies en cause, des métiers et des branches d’activité.

Comment avez-vous procédé ?
C. L.-P. : Vingt-trois des vingt-sept services de santé au travail occitans se sont mobilisés pour recueillir les données de plus d’un million de salariés sur une année entière, ce qui nous a permis d’analyser les caractéristiques de 8 366 salariés déclarés inaptes. L’objectif...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous