© Shutterstock

30 ans après sa création le CHSCT doit encore s'imposer

par François Desriaux / octobre 2012

"30 ans, beaucoup de potentiel, mais peut-être encore un peu timoré." C'est ce qu'on écrirait à propos du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) dans un bilan de compétences. L'institution représentative du personnel créée par les lois Auroux en 1982, et dont on célèbre en cette fin d'année l'anniversaire, a acquis une place de premier ordre dans le paysage des relations sociales de l'entreprise.

Cette évolution, il la doit largement à l'importance prise par les questions de santé et de conditions de travail dans la société et au renforcement du droit de la prévention des risques professionnels.

Sur le papier, le pouvoir de consultation du CHSCT effraie. Pour autant, est-il à la hauteur de cette situation et de ses prérogatives ? La réponse est contrastée, comme le montre l'enquête que nous publions dans ce dossier. Dans de trop nombreux cas, le CHSCT fonctionne en mode dégradé, n'est que le relais de la parole de l'entreprise sur le respect des consignes de sécurité ou sur la détection des personnes en souffrance.

S'imposer comme une vraie instance de représentation et de débat sur le travail et son organisation, porter la parole des salariés sur ces sujets, tels sont les enjeux pour le CHSCT dans les années à venir.

Portrait : Dominique Chopin, un militant de la reconnaissance des maladies du travail

par Nathalie Quéruel / octobre 2012

Chez le constructeur de bateaux Jeanneau, les troubles musculo-squelettiques sont nombreux. Secrétaire du CHSCT, Dominique Chopin milite en faveur de leur déclaration, de leur prévention et du maintien dans l'emploi des salariés malades.

Que des gens soient mal au boulot, je ne le supporte pas." Rien d'étonnant à ce que Dominique Chopin soit entré, il y a dix ans, au CHSCT de SPBI-Etablissement Jeanneau, société des Herbiers (Vendée) où 1 200 salariés fabriquent des bateaux de plaisance. Secrétaire du CHSCT depuis huit ans, ce Nantais partage sa vie professionnelle entre son métier de stratifieur, qu'il aime beaucoup, et le combat pour l'amélioration des conditions de travail. Employé, au début de sa carrière, sur un chantier nautique des Sables-d'Olonne, il adhère à la CFDT avec l'envie de "défendre les autres". Il est frappé, à son arrivée chez Jeanneau, par le nombre de salariés en souffrance, sur un site qui compte 90 % d'ouvriers, dont 40 % de femmes : "Beaucoup avaient des douleurs, mais personne n'osait se plaindre de la charge de travail. Des femmes pleuraient. Il fallait souffrir en silence et faire ce que la maîtrise ordonnait." Au CHSCT, son premier projet est de créer une cellule d'écoute, avec des membres de l'instance et l'appui de la direction. Objectif : identifier la source du mal-être et trouver une solution, qu'elle passe par un changement de poste ou des modifications plus profondes, comme...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également

L'uberisation n'est pas une fatalité

Le travail sera-t-il supportable en 2040 ? Oui, à condition qu'il soit moins subordonné et plus discuté, ont répondu les intervenants aux 7es Rencontres organisées par Santé & Travail début novembre...
par Clotilde de Gastines / janvier 2018