© Sarah Bouillaud

Réinventer les parcours professionnels

par Nathalie Quéruel et François Desriaux / octobre 2019

S'il est un sujet qui reflète pleinement le titre de notre magazine, c'est bien celui des itinéraires professionnels, tant ils résultent d'un mariage forcé entre état de santé et conditions de travail. Démêler l'écheveau de ces interactions complexes se révèle indispensable pour appréhender la prévention de façon plus pertinente.

D'un côté, les portes se ferment pour les personnes en mauvaise santé, qui, plus souvent que les autres, sont assignées à des parcours chaotiques et occupent les postes du bas de l'échelle. De l'autre, la pénibilité de l'activité et la précarité de l'emploi usent les corps et les esprits. Maladies et accidents causés par le travail entraînent de telles ruptures dans la vie professionnelle qu'il est souvent difficile de revenir dans la course.

C'est donc avant l'irréparable qu'il convient d'agir. D'abord en prenant en compte les potentialités de l'organisation du travail : lorsque celle-ci facilite la coopération entre les salariés, des compromis peuvent s'élaborer qui permettent le maintien en poste. Puis en considérant que préserver la santé au travail s'inscrit dans un temps d'autant plus long que l'âge de la retraite ne cesse de reculer. Cela signifie concevoir non seulement un travail durable, mais aussi des formations capables de donner réalité à des parcours professionnels variés.

© Sarah Bouillaud
© Sarah Bouillaud

Miser sur des formations adaptées à l'âge

par Catherine Delgoulet professeure d'ergonomie, directrice du Centre de recherche sur l'expérience, l'âge et les populations au travail (Creapt) / octobre 2019

Pour permettre aux salariés âgés de faire face à l'allongement de la durée des carrières et aux mutations du travail, la formation professionnelle doit encore opérer sa mue. Et répondre aux enjeux de santé et de performance au travail.

Le marché de l'emploi a changé, entraînant des parcours professionnels plus heurtés, avec des périodes de chômage, des changements de métier, des réorientations pour composer avec la pénibilité au travail ou l'inaptitude à un poste. Ces transformations majeures n'ont pourtant pas eu raison des inégalités d'accès à la formation. Plus les salariés avancent en âge, moins ils y ont recours. Des disparités existent aussi entre catégories socioprofessionnelles : l'opportunité de se former dans l'année est bien plus élevée pour un cadre de plus de 50 ans que pour un ouvrier en début de carrière.

Voilà donc un paradoxe qui perdure avec, d'un côté, l'injonction de se former tout au long de la vie pour anticiper ou accompagner les mutations du travail et, de l'autre, un système discriminatoire pour les seniors et les moins qualifiés. Et ce, malgré les réformes successives qui ont actionné plusieurs leviers - simplification des démarches, information des actifs sur leurs droits, incitation des employeurs à former leurs salariés âgés - et renforcé la responsabilisation des personnes concernant leurs projets professionnels et leur parcours.

De toute évidence, le compte n'y est pas. Il...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également

La santé, variable d'ajustement de la précarité

La précarité de l'emploi oblige les salariés à opérer des arbitrages entre travail et santé, rarement favorables à cette dernière. Et si celle-ci est privilégiée, c'est souvent dans le cadre d'une...
par Valentine Hélardot sociologue et chercheuse au Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (Lisst), université Toulouse Jean-Jaurès / octobre 2017

Cancer : la " triple peine " des catégories défavorisées

Pénalisées face au risque de cancer, les catégories socioprofessionnelles les moins favorisées le sont aussi en matière de prise en charge médicale de la maladie et de conséquences sur l'emploi. Tel...
par Marcel Goldberg épidémiologiste à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) / avril 2011