© Shutterstock

Sortir de la spirale de l'inaptitude

par François Desriaux / octobre 2014

Sur le papier, le maintien dans l'emploi, notamment celui des salariés vieillissants, fait partie des priorités des entreprises, des partenaires sociaux et des politiques. On peut même parier que ce thème figurera en très bonne place dans le futur plan santé-travail, troisième du nom.

Mais dans la vraie vie, il n'en est rien. Des experts avancent le chiffre de 1 million de salariés qui, chaque année, se voient notifier des avis de restrictions d'aptitude. Plusieurs dizaines de milliers d'entre eux sont déclarés inaptes à tout poste dans l'entreprise et sont licenciés. Avec peu de chances de retrouver un emploi. Selon plusieurs enquêtes régionales, l'inaptitude explose. Comment pourrait-il en être autrement ? Le travail s'intensifie, celui de nuit augmente, les troubles musculo-squelettiques restent la première cause de maladies professionnelles... Et dès lors que, dans le même temps, on recule l'âge de la retraite, il ne faut pas s'étonner qu'un nombre croissant de salariés ne tienne plus. Parce que leur état de santé n'est pas compatible avec des conditions de travail de plus en plus sélectives ou qu'ils sont usés par leurs expositions professionnelles passées.

Pour sortir de la spirale de l'inaptitude, on n'a pas tout essayé. Plusieurs dispositifs et acteurs peuvent être sollicités et ne le sont pas. Enfin, un emploi et une santé durables supposent un travail soutenable. A ces conditions, il est possible d'inverser la courbe !

Mobilisation générale en Nord-Pas-de-Calais

par Isabelle Mahiou / octobre 2014

Depuis 2001, le Nord-Pas-de-Calais est très engagé sur la question du maintien dans l'emploi. Les acteurs de la santé au travail se sont organisés en réseau et ont créé des outils dédiés pour mieux accompagner les salariés. Non sans difficultés.

Agent de surface, Jean, 34 ans, est atteint d'une lombalgie chronique et craint de perdre son emploi. Par la plateforme téléphonique Santé emploi info service (SEIS) du Nord-Pas-de-Calais, il apprend qu'il peut demander une visite à son médecin du travail. A l'issue de celle-ci, le médecin émet des restrictions médicales concernant le poste de Jean et l'employeur prend les mesures nécessaires pour qu'il puisse poursuivre son activité professionnelle. Cet exemple d'accompagnement d'un salarié, présenté sur le site de la plateforme SEIS, illustre la démarche promue par les acteurs du maintien dans l'emploi en Nord-Pas-de-Calais.

Décliné en chartes et en plans d'action, en mission prioritaire de l'Assurance maladie ou encore en objectif des services de santé au travail (SST), le maintien dans l'emploi est devenu une préoccupation majeure dans l'Hexagone. Mais cette mobilisation trouve un écho particulier dans le Nord-Pas-de-Calais, sous l'impulsion de l'Institut de santé au travail du Nord de la France (ISTNF).

La région a été la première, en 2001, à signer une charte. Son objet : "Agir de façon concertée" afin de réduire le nombre de licenciements pour inaptitude par "la...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous