© Shutterstock

Les fausses promesses de la méthode Toyota

par François Desriaux / avril 2012

Censé réconcilier l'amélioration des conditions de travail et l'augmentation de la productivité, en promouvant la participation des salariés, le lean est partout, dans l'industrie, mais aussi dans les services. Même les fonctions publiques s'y convertissent.

Adieu Taylor et Ford, vive le toyotisme, dont le lean est la théorisation ! Ce n'est pas juste un modèle de rationalisation, c'est presque une religion.

Sauf que, à l'usage, le lean ne tient pas ses promesses. Les salariés déchantent quand, au terme d'une concertation tronquée, ils souffrent dans leurs articulations du renforcement de l'intensification du travail et, dans leur tête, de devoir contenir leur expérience et leurs aspirations.

Ces travers ne sont pas le fruit de pratiques déviantes. Non, le lean est fondé sur un modèle erroné du fonctionnement de l'homme au travail, qui neutralise sa capacité d'initiative, sa créativité, son pouvoir d'agir. Autant de ressources sans lesquelles on ne peut produire de la qualité. Autant de sujets d'un débat que les représentants du personnel peuvent initier avec les salariés, pour prendre au mot les promesses du lean

Un modèle sans vertus sur les conditions de travail

par Antoine Valeyre socioéconomiste, chercheur au CNRS (Eris-CMH) / avril 2012

Loin de diminuer les contraintes pesant sur les salariés, les organisations en lean s'accompagnent d'expositions plus importantes à certains risques. C'est ce que révèle une étude menée à partir de l'enquête européenne sur les conditions de travail.

Considéré par ses promoteurs comme un nouveau modèle organisationnel de référence, destiné à supplanter le modèle taylorien, le lean est censé améliorer simultanément les performances économiques et productives des entreprises et les conditions de travail des salariés. Pourtant, sa mise en oeuvre ne répond pas toujours aux attentes d'une meilleure qualité de vie au travail pour les salariés, comme en témoigne la montée des troubles musculo-squelettiques et psychosociaux observée dans de nombreux cas. La question de l'amélioration des conditions de travail via la diffusion des organisations en lean fait donc débat. Elle conduit aussi à s'interroger sur la prédominance de ce modèle au sein des nouvelles formes d'organisation du travail.

Une étude récente réalisée pour la Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail1, sur la base de l'enquête européenne sur les conditions de travail de 2005 (voir " Repères "), a apporté des éléments de réponse à ces...

  • 1.

    Working conditions in the European Union : Work organisation, par Antoine Valeyre, Edward Lorenz, Damien Cartron, Péter Csizmadia, Michel Gollac, Miklós Illéssy, Csaba Makó, Eurofound, 2009.

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous