Copenhague (Danemark) - © Gran Turismo/Shutterstock
Copenhague (Danemark) - © Gran Turismo/Shutterstock

Nocca, l'outil nordique pour mieux prévenir les cancers

par Laurent Vogel chercheur à l'unité conditions de travail, santé et sécurité de l'Institut syndical européen (Etui) / janvier 2018

Pour combattre l'invisibilité des cancers professionnels et favoriser leur prévention, des chercheurs nordiques ont développé Nocca, outil statistique permettant de lier pathologies et conditions de travail. A quand sa généralisation dans l'Union européenne ?

La question du recours au big data est à l'ordre du jour en santé publique. En pharmacovigilance, par exemple, le croisement de données d'origines multiples permettrait un meilleur contrôle de l'usage des médicaments. Mais lorsqu'il s'agit de santé au travail, cette approche reste sous-développée. Le projet Nocca - acronyme de Nordic Occupational Cancer - montre pourtant que, avec des financements modestes, on peut créer un outil statistique qui combat l'invisibilité des cancers professionnels dans l'espace public. Associant les cinq pays nordiques - Danemark, Suède, Norvège, Finlande et Islande -, ce projet résulte de la conjonction d'un contexte favorable, d'une demande sociale et de l'intelligence curieuse de chercheurs.

 

Lutter contre les inégalités sociales de santé

 

Le contexte favorable est offert par les registres de cancers des pays nordiques, parmi les meilleurs au monde. Le registre danois remonte à 1942. La Finlande, la Norvège et l'Islande ont établi les leurs au début des années 1950, avant d'être suivies par la Suède en 1958. Sans être identiques, ces registres présentent des caractéristiques communes. Ils couvrent en effet tout le pays et la presque...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous