Orpea trahi par le travail réel

par
© Nathanaël Mergui/FNMF © Nathanaël Mergui/FNMF
Pierre-Yves Gomez, économiste et professeur de stratégie à l’EM Lyon business school.
/ avril 2022

Au-delà des pratiques révélées par Victor Castanet dans son livre Les Fossoyeurs, le scandale des Ehpad Orpea est éclairant, au sens littéral. Il montre que les maltraitances dénoncées dans l’enquête ne résultent pas que de la pression d’objectifs financiers mais de l’ensemble des indicateurs, y compris environnementaux et sociaux, utilisés par le groupe pour évaluer ses résultats. Le système de contrôle a construit une image à la fois exacte et trompeuse de l’entreprise. Exacte, dans la mesure où celle-ci répondait aux critères de « bonnes pratiques » et souscrivait aux normes du contrôle public. Mais trompeuse, car sa performance financière, environnementale et sociale, saluée par des notations flatteuses, masquait l’essentiel : la réalité du travail tel qu’il se pratiquait dans les établissements. Avec ses grilles et ses écrans, l’abstraction gestionnaire décrivait une entreprise idéale, efficace et respectable. Dans l’entreprise réelle, on devait bricoler pour atteindre les résultats « remarquables » : la dégradation des services aux personnes âgées permettait l’ajustement. Le cas Orpea met ainsi en lumière la déformation parfois monstrueuse de l’image des entreprises que...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous