Pesticides : la guerre est déclarée

par Isabelle Mahiou / juillet 2014

Le ministère de l'Agriculture vient de suspendre des autorisations de mise sur le marché de pesticides nocifs, au risque de subir l'offensive judiciaire des industriels. Malgré ce fait d'armes, la santé des agriculteurs est toujours menacée.

Les dégâts des pesticides sur la santé humaine ne font plus de doute et leur utilisation est à présent davantage encadrée. Pourtant, il se trouve encore des produits contenant des substances dangereuses qui reçoivent en France des avis favorables à une autorisation de mise sur le marché (AMM). Des cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) avérés ou supposés (classés 1A ou 1B) ne devraient plus être en circulation en raison de leur potentiel de toxicité... sauf que le règlement européen qui les frappe d'exclusion n'est pas rétroactif. Ainsi, une molécule "approuvée" avant l'entrée en application de ce texte en 2011 peut rester sur le marché pendant dix ans et, durant cette période transitoire, les fabricants ont tout loisir de proposer de nouveaux produits basés sur cette molécule, même si entre-temps l'expertise scientifique l'a classée CMR 1A ou 1B.

L'alerte du ministère du Travail

Ce cas de figure touche plusieurs produits phytosanitaires. Le ministère du Travail, qui est consulté sur les AMM, s'en est ému en début d'année auprès de la direction générale de l'Alimentation (DGAL) du ministère de l'Agriculture, qui accorde ces mêmes AMM. Notamment à propos de l...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous