Le robot collaboratif installé chez Lefrant-Rubco -  © Joëlle Maraschin
Le robot collaboratif installé chez Lefrant-Rubco - © Joëlle Maraschin

Une PME de la chimie fait le pari de l’ergonomie

par Joëlle Maraschin / janvier 2020

Accompagnée par les ergonomes d’un service de santé au travail et de l’Aract Hauts-de-France, l’entreprise Lefrant-Rubco a équipé l’un de ses ateliers d’une ligne de conditionnement automatisée et d’un robot collaboratif pour diminuer le port de charges.

Implanter des technologies d’automatisation et de robotique collaborative pour améliorer les conditions de travail, gagner en productivité mais sans menacer l’emploi : c’est le pari qu’a fait Lefrant-Rubco, une PME d’une trentaine de salariés située sur la commune de Muille-Villette, dans la Somme. Spécialisée dans la chimie « à façon » et les matières premières utilisées dans l’industrie du caoutchouc ou dans les peintures, elle a été accompagnée dans ce changement important par l’Asmis, un service de santé au travail du département, et par l’Association régionale pour l’amélioration des conditions de travail (Aract) Hauts-de-France.
Pour concevoir un nouvel atelier de conditionnement de ses produits liquides, l’entreprise s’est engagée dans une démarche participative. La réussite de tels projets de transformation implique en effet la participation des premiers concernés, les opérateurs. Ce sont eux qui connaissent le travail, leurs contraintes et leurs ressources. Or les nouvelles technologies, censées faire disparaître les tâches pénibles, peuvent aussi introduire des exigences inconnues jusque-là, comme l’intensification du rythme de travail, un sentiment de déshumanisation...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous