Politiques de santé au travail : une difficile mise en débat public

par Emmanuel Henry, enseignant-chercheur en science politique à l'Institut d'études politiques de Strasbourg / octobre 2009

Les politiques de santé au travail peinent à émerger dans le débat public. Négociées par les partenaires sociaux, elles constituent des compromis entre exigences économiques et protection des travailleurs. Des compromis guère avouables, donc discrets...

Les politiques de santé au travail se situent au point de rencontre de deux exigences : protéger les travailleurs et ne pas trop imposer de contraintes à l'activité économique des entreprises. Pour simplifier à l'extrême, une politique de ce type se définit en plaçant le curseur à un certain niveau entre ces deux exigences, c'est-à-dire en déterminant ce qui va être considéré comme un risque " acceptable ", démarche qui est loin d'être évidente. Le risque " acceptable " - terme très courant dans le langage des experts et des décideurs - ne peut être défini que comme un risque effectivement accepté, sans qu'il soit possible de préjuger si cette situation sera durable. Le risque accepté (et, de fait, défini comme " acceptable ") est donc un risque perçu comme nécessaire du point de vue des acteurs décidant à son propos et imposé avec succès aux personnes qui auront à le subir.

Admettre l'exposition de certaines populations

Cela signifie que, contrairement aux politiques de santé publique dont le but est de protéger la population vis-à-vis de certains risques pour sa santé, celles relatives à la santé au travail sont des politiques de gestion de risques connus. En d'autres...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous