© Shutterstock

Travailler avec une maladie chronique

par François Desriaux / janvier 2016

Le maintien dans l'emploi ou au travail des personnes atteintes d'une maladie chronique évolutive, c'est un peu comme la lutte contre le réchauffement climatique : plus personne ne peut nier qu'il s'agit d'un impératif, beaucoup de structures affichent leur ambition, mais la réalité des engagements est rarement à la hauteur. Pourtant, l'âge de la retraite reculant et la part de malades chroniques augmentant avec l'âge, le monde du travail va être de plus en plus souvent confronté à la nécessité de combiner deux états - actif et malade - qui, jusqu'à présent, ont été pensés comme antagonistes. L'aménagement du poste sur un plan ergonomique comme des horaires, pour tenir compte de la fatigue ou des soins, est un premier passage obligé en matière d'adaptation. Changer le regard de la hiérarchie et des collègues permettra d'augmenter les chances que la "greffe" prenne. Mais pour éviter les "rejets", il est aussi fondamental de réfléchir à l'organisation du travail, aux marges de manœuvre des équipes, à l'adéquation entre les objectifs et les moyens humains. Sinon, la seule bonne volonté des uns et des autres ne suffira pas.

Postes aménagés pour salariés à ménager

par Rozenn Le Saint / janvier 2016

Dans la fonction publique ou le secteur privé, des employeurs se mobilisent pour faciliter le retour au travail des salariés atteints d'une maladie chronique. Une démarche appuyée par différents acteurs institutionnels et associatifs. Enquête.

Même pour les employeurs volontaires, l'accompagnement des salariés touchés par une maladie chronique représente un défi. Comment, en effet, traiter cette délicate question qui touche au secret médical et à la sphère privée ? Pour les y aider, l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact) a édité un guide de bonnes pratiques à l'usage des directions, intitulé Promouvoir la qualité de vie au travail des personnes atteintes de maladies chroniques

Repères

Le fonds de dotation Cap santé entreprise, créé en janvier 2015, est soutenu par le comité des Hauts-de-Seine de la Ligue contre le cancer et coprésidé par Marie-Christine Oghly, vice-présidente du pôle international du Medef. Il a pour objectif de favoriser le maintien dans l'emploi des victimes de maladies chroniques, en accompagnant les employeurs via un dispositif comprenant diagnostic et formations. Il associe des représentants du monde de l'entreprise, du secteur associatif, du milieu de la recherche et du corps médical. Voir www.capsan.fr

Pour Isabelle Burens, chargée de mission au département santé au travail de l'Anact, il existe trois types de soutiens nécessaires au maintien dans l'emploi de ces personnes, à commencer par "les aménagements techniques, comme un rapprochement du poste des toilettes ou des zones de repos pour leur éviter de passer devant tout le monde si elles ont besoin de s'y rendre fréquemment, ou encore la recherche d'aides pour effectuer le trajet du domicile au travail, via la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) ". "L'accompagnement humain est également primordial pour les épauler lors de la reprise et qu'elles se sentent soutenues, ajoute-t-elle. Enfin, il faut réfléchir à l'organisation...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous