Emploi  la précarité est un handicap pour la santé

par Elsa Fayner / octobre 2009

Une récente étude sur les liens entre conditions de travail et précarité de l'emploi montre que cette dernière s'accompagne souvent d'un renforcement des contraintes et d'une plus faible autonomie au travail, nuisibles à la santé des salariés.

Pendant les révisions, l'usine s'arrête quasiment de tourner, et toutes les entreprises sous-traitantes interviennent en même temps, raconte Paul1 , 58 ans, mécanicien industriel intérimaire dans la chimie. Là, il faut faire vite : pour remporter l'appel d'offres, l'entreprise sous-traitante s'est engagée sur des délais courts - plus courts chaque année -, alors on travaille dix à douze heures par jour, en prenant des risques. Quand on intervient en maintenance sur de la tuyauterie, par exemple, il faut d'abord la purger et la nettoyer. Mais puisque c'est vite fait, parfois il reste du produit à l'intérieur. De l'acide, des produits gazeux ou de la vapeur bouillante. Ça peut vous péter à la figure, ou vous brûler le visage. J'ai vu des collègues partir à l'hôpital. On ne les a jamais revus. "

Un quart de précaires

Le témoignage de cet intérimaire met en lumière les liens souvent évoqués entre précarité de l'emploi et conditions de travail délétères. Il s'agit néanmoins dans ce cas d'une forme visible de précarité. Il en existe d'autres, moins flagrantes, qui méritent également d'être citées, car elles peuvent s...

  • 1

    Le prénom a été modifié à la demande de l'intéressé.

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous