© DR
© DR

Prendre soin des aides à domicile, c'est possible !

par Corinne Renou-Nativel / octobre 2019

Aid'Aisne, une association d'aide à domicile de l'Aisne, a engagé une démarche de prévention fondée sur un management participatif du travail des intervenantes. Et ce, afin de réduire le nombre d'accidents et le turn-over dans ce secteur à haut risque.

Une sinistralité plus forte que dans le BTP ! Les champions des risques professionnels ne sont plus les ouvriers du bâtiment, mais les femmes du secteur de l'aide à domicile. Elles prennent en charge les tâches du quotidien de personnes en perte d'autonomie en raison de leur handicap ou de leur grand âge : toilette, habillage, ménage, entretien du linge, courses, préparation des repas, aide administrative, etc. Autant d'activités où la charge physique est élevée - par exemple, lors du transfert d'un bénéficiaire de son lit à un fauteuil -, ce qui engendre des troubles musculo-squelettiques. Le tout dans un isolement professionnel qui favorise les risques psychosociaux.

Cercle vicieux

Aid'Aisne, une association de Soissons qui a absorbé en janvier 2018 Office social, structure située à Saint-Quentin, emploie environ 240 collaborateurs, dont 220 intervenantes de terrain pour 800 bénéficiaires. Elle s'attache, depuis quelques années, à trouver des solutions. "Le secteur se heurte au turn-over, à l'absentéisme et à l'accidentologie, déclare son directeur général, Dominique Villa. Il doit proposer des réponses adaptées pour résoudre ses graves problèmes d'attractivité et de santé...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous