Préretraite : l'UMP et la CGT s'opposent sur la pénibilité

par François Desriaux / juillet 2008

Le rapport parlementaire "Prévenir et compenser la pénibilité au travail", présenté le 27 mai par le député UMP des Yvelines Jean-Frédéric Poisson, a suscité de nombreuses réactions. Son auteur débat avec Jean-Christophe Le Duigou, numéro deux de la CGT.

Le rapport parlementaire sur la pénibilité s'est finalement rangé au principe du départ anticipé pour certaines catégories de travailleurs, alors que ce n'était pas l'option retenue dans la version initiale. Pourquoi cette évolution ?

Jean-Frédéric Poisson : Parce qu'il est vrai que certains travailleurs, dont la carrière aura objectivement rendu nécessaire une retraite anticipée, doivent pouvoir bénéficier d'un dispositif de ce genre, même s'ils ne sont ni malades ni déclarés inaptes au travail. On rend possible une chose qui n'existe pas aujourd'hui, rejoignant ainsi une demande formulée par les représentants des salariés. C'est une solution qu'il faut étudier dans le détail. Je suis prêt à en tirer toutes les conséquences sur le plan législatif. Et il est hautement souhaitable que les partenaires sociaux indiquent la manière dont ce dispositif peut être mis en place. Dans l'hypothèse où ils n'y parviendraient pas, je suis prêt à porter une proposition dans ce sens devant le Parlement.

Jean-Christophe Le Duigou : A la lecture du rapport, je ne vois aucune ouverture réelle dans cette proposition. Elle est en tout point identique à celle qui a été formulée par le Medef dans...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous