© Sarah Bouillaud

Réinventer les parcours professionnels

par Nathalie Quéruel et François Desriaux / octobre 2019

S'il est un sujet qui reflète pleinement le titre de notre magazine, c'est bien celui des itinéraires professionnels, tant ils résultent d'un mariage forcé entre état de santé et conditions de travail. Démêler l'écheveau de ces interactions complexes se révèle indispensable pour appréhender la prévention de façon plus pertinente.

D'un côté, les portes se ferment pour les personnes en mauvaise santé, qui, plus souvent que les autres, sont assignées à des parcours chaotiques et occupent les postes du bas de l'échelle. De l'autre, la pénibilité de l'activité et la précarité de l'emploi usent les corps et les esprits. Maladies et accidents causés par le travail entraînent de telles ruptures dans la vie professionnelle qu'il est souvent difficile de revenir dans la course.

C'est donc avant l'irréparable qu'il convient d'agir. D'abord en prenant en compte les potentialités de l'organisation du travail : lorsque celle-ci facilite la coopération entre les salariés, des compromis peuvent s'élaborer qui permettent le maintien en poste. Puis en considérant que préserver la santé au travail s'inscrit dans un temps d'autant plus long que l'âge de la retraite ne cesse de reculer. Cela signifie concevoir non seulement un travail durable, mais aussi des formations capables de donner réalité à des parcours professionnels variés.

© Sarah Bouillaud
© Sarah Bouillaud

Quand la précarité malmène les salariés

par Valentine Hélardot sociologue, chercheuse au Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (Lisst), université Toulouse Jean-Jaurès / octobre 2019

L'instabilité de l'emploi et les incertitudes qui l'accompagnent ont un profond retentissement sur les conditions de travail et la santé. Les travailleurs qui subissent la précarité sont confrontés à des choix cornéliens pour se préserver.

Alors que santé et activité professionnelle se construisent mutuellement tout au long de la vie, il est pertinent de s'interroger sur le rôle joué par la précarisation, tendance de nos sociétés contemporaines, dans cette interdépendance de fond. Dans la fragilisation des situations d'emploi, où celui-ci n'est plus assorti de protections et de garanties, l'incertitude domine. Elle est même centrale, qu'elle prenne la forme juridique du contrat précaire (CDD, intérim...) ; qu'elle s'incarne dans les temps de travail partiels, insuffisants et flexibles ; ou encore qu'elle soit sous-jacente aux emplois menacés, même en CDI, par les aléas de l'activité économique - restructurations, délocalisations, sous-traitance dépendante de donneurs d'ordres.

Lorsqu'on parle de précarité dans la sphère professionnelle, c'est donc l'instabilité de l'emploi qui est au coeur des processus. Pour autant, la dimension du travail - au sens des tâches concrètement effectuées et de leurs modalités de réalisation - n'est pas dissociée du problème. En effet, les emplois les plus précaires sont bien souvent aussi les plus pénibles, les plus dangereux et les plus usants.

Dans un contexte global d...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également

"Le travail est devenu abstrait"

Dans un essai très remarqué, ce professeur de l'EM Lyon Business School expose comment la financiarisation de l'économie a rendu le travail "invisible". Pour survivre à la crise, les entreprises...
interview de Pierre-Yves Gomez, par Isabelle Mahiou / janvier 2015