Quand le travail complique la grossesse

par Frédéric Lavignette / janvier 2011

Dominique Lafon, médecin toxicologue à l'Institut national de recherche et de sécurité, a coordonné une récente expertise collective sur les risques pour la grossesse liés au travail1. Des risques qu'il juge insuffisamment connus.

  • 1.

    Grossesse et travail. Quels sont les risques pour l'enfant à naître ?, par Dominique Lafon (dir.), EDP sciences, 2010.

Pourquoi avoir mené une expertise sur les risques auxquels sont exposées les salariées enceintes ?

Dominique Lafon : Nous avons voulu faire un point sur l'état des connaissances concernant l'impact des risques professionnels sur les grossesses.

Pour le moment, nous ne disposons pas de statistiques sur le nombre de grossesses problématiques du fait d'expositions professionnelles. Aucun outil de surveillance sur ces grossesses n'existe. En revanche, une étude montre que les trois quarts des salariées enceintes sont en arrêt avant leur congé maternité légal, sans qu'on sache pourquoi. Or le milieu de travail peut expliquer certains avortements spontanés, morts foetales, naissances prématurées, malformations ou retards de développement psychomoteur de l'enfant.

Quels sont les risques susceptibles de nuire à l'enfant et à sa mère ?

D. L. : Le risque lié aux produits chimiques est l'un de ceux dont on parle le plus actuellement. Le travail de nuit et le travail posté sont aussi susceptibles d'augmenter le nombre d'avortements spontanés ou d'accouchements prématurés.

D'autres risques, tels que l'exposition au bruit, sont moins connus. Pourtant, à partir de la 25e semaine...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous