© Adobe Stock
© Adobe Stock

Rapport Lecocq : au tour de la fonction publique !

par Isabelle Mahiou / 14 novembre 2019

Le rapport sur la santé au travail dans le secteur public, remis récemment au Premier ministre, entend mettre la prévention des risques au premier plan. Avec deux maîtres mots : mutualisation des moyens et alignement sur les standards du privé.

Mission Lecocq, saison deux. Un peu plus d’un an après avoir remis ses propositions sur une réforme d’ampleur de la médecine du travail, la députée LREM Charlotte Lecocq a réitéré l’exercice en s’attachant cette fois à la situation dans la fonction publique. Une tâche pour laquelle le Premier ministre l’avait à nouveau missionnée au printemps dernier. Le constat est sans appel : « S’attacher à garantir la santé et la qualité de vie au travail de nos agents est une réelle urgence », écrivent les rapporteurs, qui comptent, outre l’élue du Nord, la vice-présidente de la CFTC Pascale Coton et l’inspecteur des finances Jean-François Verdier.
Problèmes d’organisation et de management, manque de moyens, pénurie de médecins, confrontation à des situations de violence... le tableau est plutôt sombre. Et les rares indicateurs existants sont alarmants : un taux d’accident de travail (déclaratif) d’environ 9,5 % en 2016 ; un absentéisme à hauteur de 8,34 % (4,72 % dans le privé) ; des agressions verbales touchant 24,3 % des agents (12 % dans le privé). Le défi est d’autant plus grand que le secteur, en passe de connaître des réformes d’ampleur, est particulièrement concerné par le...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également