La recherche sur les toxiques agricoles tuée dans l'oeuf

par Nathalie Jas historienne à l'unité Risques, travail, marchés, Etat (Ritme) de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) / octobre 2012

Dans les années 1950, des médecins jugent prioritaire d'étudier les effets des pesticides sur la santé des agriculteurs. Mais divers intérêts institutionnels conduiront à occulter le risque et ce champ de recherche restera durablement en friche.

Au cours des années 1950, au moment où se développe rapidement l'usage des pesticides de synthèse, diverses publications scientifiques témoignent de l'intérêt que portent des représentants du corps médical à ce qu'ils appellent "le risque toxique en agriculture". Ces derniers, spécialistes de la médecine professionnelle agricole, médecins toxicologues hospitaliers, dermatologues, immuno-allergologues ou encore pharmaciens-toxicologues, identifient alors trois grands types d'atteintes que provoque l'exposition aux pesticides lors des travaux agricoles : les intoxications aiguës, les dermatoses et allergies, les cancers (voir "Repères").

Repères

Trois types d'intoxications dues aux pesticides sont définis dans les années 1950 :

  • les intoxications aiguës provoquées par les organophosphorés, en particulier le parathion et le méthyl parathion. Souvent graves, elles conduisent parfois à une mort rapide ;
  • les maladies chroniques, invalidantes, avec deux groupes bien identifiés : les dermatoses et les allergies ;
  • les effets à long terme d'expositions répétées à de petites doses de pesticides. Le cancer constitue la plus importante de ces "conséquences lointaines".

Appels pour la reconnaissance du risque

Malgré l'abondance des données qu'ils récoltent, ces médecins et pharmaciens-toxicologues sont conscients des limites de leurs connaissances. Ils soulignent le peu d'informations dont ils disposent sur les toxiques, toujours plus nombreux, utilisés en agriculture. Sans connaissance précise des pathologies causées par les pesticides, du mode d'action de ceux-ci et des conditions d'exposition, il n'est pas possible de repérer et de prendre la mesure des atteintes à la santé des travailleurs...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous