© Cordélia Savard

Le retour en force des accidents du travail

par Stéphane Vincent, rédacteur en chef adjoint / octobre 2022

« Accident du travail : silence, des ouvriers meurent. » C’est sous ce titre que Matthieu Lépine, professeur d’histoire, recense sur Twitter et Facebook les accidents du travail mortels évoqués dans les médias. Un rappel du bilan toujours préoccupant en la matière. En 2019, au moins 733 salariés sont décédés en France des suites d’un accident du travail. Et 656 000 autres en ont été victimes, certains avec des séquelles qui compromettent leur devenir professionnel. En tête du classement pour le taux de fréquence des accidents mortels et non mortels – toujours en 2019 –, l’Hexagone fait d’ailleurs figure de mauvais élève en Europe, selon les statistiques publiées début 2022 par Eurostat. D’autres chiffres montrent que les accidents progressent par ailleurs dans des secteurs d’activité très féminisés. Si leur baisse globale depuis le début des années 2000 se vérifie toujours, le niveau auquel ils se situent encore aujourd’hui constitue donc un enjeu majeur pour la santé au travail. Ce que le gouvernement a implicitement admis, en lançant en mars dernier un plan de prévention des accidents graves et mortels, dans le cadre du quatrième plan santé-travail. Encore faut-il que les axes privilégiés par ce dernier répondent aux véritables causes structurelles des accidents : intensification du travail, précarité de l’emploi… Il était donc urgent de redonner des pistes et des perspectives pour la prévention, afin d’éviter que d’autres vies ne soient amputées à l‘avenir.

© Cordélia Savard
© Cordélia Savard

Révéler les coûts cachés des accidents

par Julien Vayssière, expert CSE. / octobre 2022

En démontrant que l’impact économique des accidents du travail dépasse la seule évolution des cotisations versées par l’employeur au titre des risques professionnels, les élus du personnel peuvent inciter ce dernier à investir dans la prévention.

Dans les entreprises de plus de 50 salariés, les représentants des salariés peuvent avoir connaissance du coût financier direct de l’accidentologie du travail. Cette information, fournie par l’employeur (voir article page 32), porte généralement sur le taux et le montant des cotisations versées à la Sécurité sociale au titre des risques professionnels. Mais le coût réel supporté par l’entreprise est nettement plus significatif.
Les conséquences économiques des désorganisations provoquées par un accident du travail sont en effet diverses : perte de productivité ou de qualité pouvant entraîner des retards dans la production ou des retards de livraison, frais éventuels de réparation ou de remplacement de matériels abîmés lors de l’accident, dépenses supplémentaires générées par la recherche de remplaçants pour les salariés qui en ont été victimes… Ces coûts indirects peuvent représenter entre trois et cinq fois la valeur du coût direct. Des éléments que le CSE peut et devrait demander à l’employeur.
Pour ce faire, le CSE peut analyser l’évolution de certains indicateurs sociaux et économiques, comme le nombre de CDD pour remplacement d’un salarié absent, l’ampleur du recours à l...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous