© NATHANAËL MERGUI / MUTUALITÉ FRANÇAISE
© NATHANAËL MERGUI / MUTUALITÉ FRANÇAISE

Le risque chimique mal évalué

par Ivan du Roy / octobre 2011

Peut mieux faire : selon une enquête menée par des inspecteurs du travail dans le cadre d'une campagne européenne, les entreprises du nettoyage et de la réparation automobile évaluent mal le risque chimique et la prévention reste lacunaire.

Fin 2010, inspecteurs et contrôleurs du travail ont visité près de 4 000 entreprises dans le secteur de la réparation de véhicules - garages et carrossiers - et dans celui du nettoyage. Objectif : dresser un état des lieux de la prise en compte, ou non, du risque chimique, et notamment des cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR), particulièrement présents dans les produits utilisés par les travailleurs de ces deux secteurs. Benzène, peintures, gaz d'échappement ou poussières de ponçage constituent l'environnement des garagistes. Quant aux agents d'entretien, ils sont quotidiennement exposés aux solvants et aux molécules chimiques des produits nettoyants.

Cette initiative s'intègre dans une campagne menée partout en Europe et intitulée " Lieux de travail sains ". Les résultats des contrôles réalisés en France ont été publiés en mai par le ministère du Travail. Le bilan est loin d'être satisfaisant. Deux points positifs tout de même. Tout d'abord, près de neuf entreprises sur dix mettent à la disposition de leurs employés des équipements de protection individuelle adaptés. Ensuite, une majorité des entreprises qui ont utilisé des CMR et ont identifié ce...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous