© NATHANAËL MERGUI / MUTUALITÉ FRANÇAISE
© NATHANAËL MERGUI / MUTUALITÉ FRANÇAISE

Santé et sécurité : l'atout d'une présence syndicale

par Joëlle Maraschin / avril 2008

Lors d'un colloque européen les 11 et 12 février dernier à Bruxelles, des chercheurs et syndicalistes ont présenté plusieurs études démontrant l'impact positif d'une représentation du personnel sur la prévention des risques professionnels.

A quoi servent les CHSCT ? C'est le titre, quelque peu provocateur, d'une récente étude de la direction de l'Animation de la recherche, des Etudes et des Statistiques (Dares), du ministère du Travail. Présentée lors d'un colloque organisé les 11 et 12 février dernier à Bruxelles par la Conférence européenne des syndicats (CES) et son Institut syndical européen pour la recherche, la formation et la santé et la sécurité (ETUI-REHS), cette étude a été l'un des points forts de ces journées d'échanges, qui ont réuni une centaine de chercheurs en sciences sociales et syndicalistes des pays d'Europe.

" Des dizaines de millions d'euros sont consacrés chaque année en Europe à la santé au travail. Pour autant, il y a encore très peu de recherche sur la dynamique sociale de prévention ", a noté Laurent Vogel, de l'ETUI-REHS. L'institut syndical de la CES a mis en place le projet Epsare, dont l'idée principale est de favoriser la coopération et les échanges d'expériences entre les différents pays européens. " Il n'existait à ce jour aucune étude concernant l'impact des CHSCT sur les politiques de prévention et sur la santé-sécurité des salariés ", a expliqué pour sa part Thomas Coutrot, de...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également