La santé au travail en option

par Eric Berger / octobre 2012

La rencontre avec les partenaires sociaux organisée les 9 et 10 juillet dernier par le gouvernement n'a abordé qu'à la marge les questions de santé au travail. Un choix regretté par plusieurs experts et acteurs syndicaux, qui les jugent prioritaires.

"Allons-nous laisser notre pays demeurer le théâtre de plans sociaux qui se multiplient, qui minent la confiance et le moral des salariés et de l'ensemble de l'économie ?" Lors de son intervention de clôture de la conférence sociale organisée par le gouvernement, les 9 et 10 juillet dernier, Jean-Marc Ayrault a clairement affiché ses priorités : développer l'emploi et assurer le redressement productif du pays. Le Premier ministre n'a certes pas omis d'évoquer les conditions de travail : "Notre mobilisation pour l'emploi doit s'articuler avec la reconnaissance du travail, de son sens, de sa qualité. Nous refusons d'opposer les situations entre elles, les demandeurs d'emploi et les salariés.Trop de salariés sont aujourd'hui démotivés, découragés, déçus, alors même qu'ils accordent une place essentielle au travail. Nous devons répondre à cette attente majeure et légitime." Mais le gouvernement n'a pas fait pour autant le choix d'une approche structurée des questions de santé au travail.

Déception

"Le sujet, qui a été abordé de manière très fragmentée, n'a pas été considéré comme un thème majeur au même titre que l'emploi", juge Eric Beynel, de l'union syndicale Solidaires. "...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous