Des seniors à la peine

par Jacques Darmon / avril 2014

Une étude du ministère du Travail sur l'emploi et le chômage des seniors devrait interpeller les pouvoirs publics et les partenaires sociaux quant à la "soutenabilité" du travail et au maintien dans l'emploi des travailleurs vieillissants1. Depuis le début des années 2000, la tendance est à l'allongement de la durée de vie au travail au nom de l'équilibre des régimes de retraite. La réforme de 2010 a repoussé progressivement l'âge "plancher" de la retraite de 60 à 62 ans, et l'âge donnant accès au taux plein (indépendamment de la durée cotisée) de 65 à 67 ans. Celle de janvier dernier vient d'annoncer la poursuite, après 2020, de la hausse du nombre de trimestres à cotiser.

Dans ce contexte, le taux d'activité des 55-64 ans est passé de 32 % en 2000 à près de 48 % en 2012. Avec toutefois des nuances : le taux des 60-64 ans est nettement plus faible (23 %) que celui des 55-59 ans (72 %). Ce qui s'explique par le fait que nombre de 60-64 ans sont déjà en retraite. Du côté du taux de chômage, celui des seniors est inférieur de près de 3 points à celui de la population générale. En revanche, le principal problème du chômage...

  • 1.

    Voir Dares Analyses n° 083, décembre 2013.

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous