© Adobe Stock
© Adobe Stock

Séparatisme : l’Inspection du travail refuse l’instrumentalisation

par Martine Rossard / 25 février 2021

Pour les syndicats de l’Inspection du travail, les actions menées par les préfectures contre l’islamisme radical ne relèvent pas des missions des agents de contrôle. Ce qu’a reconnu tardivement la direction générale du Travail.

« Nouveau dévoiement des missions de l’Inspection du travail », s’est alarmé un tract national de la CGT Travail daté du 18 janvier 2021. En cause la demande adressée aux agents de ce corps de contrôle de participer aux opérations des Cellules de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire (Clir) pilotées par les préfectures1. Le syndicat condamne une atteinte à l’indépendance de la profession, garantie par la convention de l’Organisation internationale du travail (OIT), ainsi qu’à son autorité et son impartialité.  « Les opérations de lutte contre la radicalisation ne...

  • 1. Le ministère de l’Intérieur a présenté en décembre dernier le bilan des Clir mises en place en 2019 dans chaque département : 3881 contrôles de structures « identifiées séparatistes » ont été effectués, donnant lieu 126 fermetures administratives (sans précision sur le motif). Il a aussi dévoilé le bilan de l’action contre l’économie souterraine menée par les Codaf, créés en 2010, pour le mois de novembre 2020 : 543 contrôles et 21 fermetures d’établissement, avec 7 d’entre elles « sous fondement du Code du travail », toutes en Ile-de-France, parmi lesquelles 4 concernant des « structures communautaires ».

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous