Les séquelles du travail masquées par le chômage

par Nathalie Frigul sociologue à l'Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris) / juillet 2009

Comment expliquer le mauvais état de santé de nombreux chômeurs, notamment de longue durée ? Interrogées sur cette question, les associations d'insertion citent habituellement le poids de la détresse psychologique ou l'apparition de maladies chroniques en raison de retards ou de carences de soins. Pourtant, des enquêtes menées auprès de ces publics montrent que la plupart sont d'anciens salariés. Des travailleurs et travailleuses dont l'histoire professionnelle est méconnue, en particulier les pénibilités au travail et leurs conséquences durables sur la santé.

Alain, rencontré dans une de ces associations d'insertion, est un bon exemple. Né en 1948, il a commencé à travailler à l'âge de 14 ans, comme ouvrier agricole, puis comme manoeuvre dans le bâtiment. Il dit " le payer aujourd'hui "" J'ai mal au dos... J'ai porté des paquets de 100 kilos quand j'étais jeune... Une fois, en mettant des mètres de murs, je suis resté bloqué trois jours... Je vais avoir une prothèse de la hanche... C'est toujours à cause du dos... C'est tout usé... ", témoigne-t-il. Alain a travaillé dans le secteur du bâtiment de façon ininterrompue et à plein temps jusqu'en 1976, date à laquelle il connaît...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous