© NATHANAËL MERGUI / MUTUALITÉ FRANÇAISE
© NATHANAËL MERGUI / MUTUALITÉ FRANÇAISE

Le seuil de pénibilité du travail répétitif précisé

par Martine Rossard / octobre 2015

Une mission lancée par le gouvernement afin de mieux définir le travail répétitif, en vue de sa prise en charge par le compte pénibilité, en a arrêté les critères et conditions. Un nouveau pas dans la mise en place de ce dispositif.

Comment définir le "travail répétitif", facteur de pénibilité et, souvent, cause de troubles musculo-squelettiques (TMS) ? A partir de quelle intensité faut-il le prendre en compte dans le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) ? "Le travail répétitif est caractérisé par la répétition d'un même geste, à une cadence contrainte, imposé ou non par le déplacement automatique d'une pièce ou par la rémunération à la pièce, avec un temps de cycle défini", indique actuellement le Code du travail. Face à des inquiétudes patronales et à la nécessité de lever toute ambiguïté, les ministres de la Santé et du Travail ont confié en juillet à Hervé Lanouzière, directeur de l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact), la mission de préciser la définition du travail répétitif pour le C3P. Mission accomplie, selon nos sources. Après visites d'entreprises, rencontres d'experts, de syndicalistes et de représentants patronaux, les éléments de qualification suivants seraient retenus : des mouvements répétés, sollicitant les mêmes articulations et segments corporels, réalisés sous contrainte de temps, à une vitesse élevée pendant la majeure partie du temps de...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous