Sylvie Catala, l'inspectrice qui fait autorité

par Nathalie Quéruel / octobre 2010

Ça ne se discute pas, dit-elle : toute infraction mérite sanction. Sylvie Catala vient de raccrocher les gants à l'Inspection du travail pour contrôler l'hygiène et la sécurité à la Mairie de Paris. Mais sans laisser au vestiaire son franc-parler et sa pugnacité.

Une certaine nostalgie l'étreint, et Sylvie Catala, qui a pris le 1er juin ses fonctions d'inspectrice hygiène et sécurité à la Mairie de Paris, ne s'en cache pas : " Inspectrice du travail, c'était plus qu'un métier : une seconde peau. Je commence une autre vie, mais qui n'est pas déconnectée de la première, puisqu'il s'agit de contrôler le respect de la réglementation en santé-sécurité au travail. Cette aventure me passionne, avec la découverte d'un milieu et de ses 50 000 agents, la possibilité d'avoir une action sur le réel... malgré ma nostalgie de l'Inspection du travail ! " Il est vrai qu'elle y a passé vingt-sept ans d'une carrière bien remplie, marquée par le dossier de l'amiante et, plus récemment, celui des suicides à France Télécom. Et qu'elle s'est taillé une réputation d'excellente professionnelle, y compris auprès de ses détracteurs.

" Revaloriser les pouvoirs coercitifs "

Sylvie Catala ne s'est certes pas trompée de vocation. Fille d'un père agent au tri postal qui a fini sa vie professionnelle comme receveur des postes et d'une mère entrée comme dactylo au ministère des Finances avant de devenir contrôleuse des impôts, elle pense à devenir assistante...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous