Temps de travail et parentalité

par
© N.M./FNMF © N.M./FNMF
Serge Volkoff statisticien, ergonome
/ janvier 2017

Imaginons un responsable politique qui s'affirmerait "pro-famille" et qui aurait pour projet de réduire les dépenses de protection sociale et de favoriser l'allongement des durées hebdomadaires de travail. On lui recommanderait volontiers une récente publication du ministère des Affaires sociales1, consacrée à la conciliation entre travail à temps complet et garde des jeunes enfants. On y lit par exemple que, parmi les parents de jeunes enfants qui vivent en couple et travaillent tous deux à temps complet, 60 % des mères et 36 % des pères - l'inverse aurait surpris... - souhaiteraient réduire leur temps de travail ou cesser provisoirement leur activité.

Pourquoi ne font-ils pas ce choix ? Dans plus de la moitié des cas, à cause d'une compensation insuffisante de la perte de salaire ; dans un cas sur trois, en raison d'une charge de travail trop lourde ; dans un cas sur trois aussi, par crainte d'un impact négatif sur leur carrière. Autant de quadratures du cercle.

On devine l'ampleur...

  • 1.

    "Travail à temps complet et jeunes enfants : comment font les couples pour tout concilier ?", par Sophie Villaume et Pauline Virot, Etudes et résultats n° 981, Drees, octobre 2016.

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous