© Shutterstock

Vie pro / Vie perso : la fin des frontières

par François Desriaux / juillet 2014

"Travailler ou vivre, il faut choisir !" Verra-t-on un jour fleurir ce slogan, à l'instar de celui lancé par la Prévention routière, "Boire ou conduire..." ? Entre le travail du dimanche, l'explosion des horaires atypiques et le fil à la patte que représente la généralisation des smartphones et autres ordinateurs portables, les limites temporelles entre la vie personnelle et l'activité professionnelle deviennent plus floues. Le trop-plein de la vie de travail déborde largement sur les loisirs et la famille, notamment pour les cadres. Dans la grande distribution ou le nettoyage, la journée commence tôt et finit tard, avec des coupures sans réelle liberté de disposer de son temps. Dans la maintenance, c'est sa vie qu'il faut traîner avec soi, au gré des chantiers.

Préserver un équilibre entre ces temps professionnels et privés est un enjeu de santé et de réalisation de soi, les salariés voulant pouvoir mener de front plusieurs projets, professionnels et personnels. Favoriser cette conciliation est une des dispositions de l'accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail de juin 2013. Mais son contenu reste vague et peu contraignant. Et pour cause. Les entreprises veulent conserver une grande disponibilité de leurs salarié(e)s, en évitant juste les excès et... les perturbations du travail par les aléas de la vie privée. Dans ce dossier, nous défendons un autre point de vue : c'est en priorité sur le travail, son organisation, son contenu et ses horaires qu'il faut agir.

"Trouver de nouveaux compromis temporels"

par Clotilde de Gastines / juillet 2014

Revoir l'organisation du temps de travail : c'est la piste proposée par Florence Loisil et l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact) afin de mieux concilier vie professionnelle et vie privée.

Le réseau de l'Anact a choisi d'organiser cette année la Semaine de la qualité de vie au travail sur le thème de la conciliation des temps de vie privés et professionnels. Pourquoi ?

Florence Loisil : Le réseau Anact-Aract constate que la conciliation des temps apparaît comme un enjeu croissant. Les entreprises peinent à gérer les tensions entre, d'une part, leurs exigences de performance et de qualité de service et, d'autre part, les questions de santé au travail et de maintien en emploi. Les risques psychosociaux, la baisse de la qualité de service, l'absentéisme, l'affaiblissement des collectifs de travail, les difficultés de gestion des plannings sont autant d'indices.

De leur côté, confronté-e-s aux horaires atypiques, à l'intensification du travail, hommes et femmes recherchent des solutions pour tenir, dans la durée, leurs responsabilités professionnelles, familiales et personnelles.

Aujourd'hui, cette articulation reste au coeur des inégalités entre les femmes et les hommes dans le champ professionnel. Néanmoins, les évolutions sociétales autour de la famille font que la conciliation entre vie privée et vie professionnelle sera de moins en moins une question...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous