© Shutterstock

Vie pro / Vie perso : la fin des frontières

par François Desriaux / juillet 2014

"Travailler ou vivre, il faut choisir !" Verra-t-on un jour fleurir ce slogan, à l'instar de celui lancé par la Prévention routière, "Boire ou conduire..." ? Entre le travail du dimanche, l'explosion des horaires atypiques et le fil à la patte que représente la généralisation des smartphones et autres ordinateurs portables, les limites temporelles entre la vie personnelle et l'activité professionnelle deviennent plus floues. Le trop-plein de la vie de travail déborde largement sur les loisirs et la famille, notamment pour les cadres. Dans la grande distribution ou le nettoyage, la journée commence tôt et finit tard, avec des coupures sans réelle liberté de disposer de son temps. Dans la maintenance, c'est sa vie qu'il faut traîner avec soi, au gré des chantiers.

Préserver un équilibre entre ces temps professionnels et privés est un enjeu de santé et de réalisation de soi, les salariés voulant pouvoir mener de front plusieurs projets, professionnels et personnels. Favoriser cette conciliation est une des dispositions de l'accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail de juin 2013. Mais son contenu reste vague et peu contraignant. Et pour cause. Les entreprises veulent conserver une grande disponibilité de leurs salarié(e)s, en évitant juste les excès et... les perturbations du travail par les aléas de la vie privée. Dans ce dossier, nous défendons un autre point de vue : c'est en priorité sur le travail, son organisation, son contenu et ses horaires qu'il faut agir.

Vie pro / vie perso, la fin des frontières : ce qu'il faut retenir de ce dossier

juillet 2014

Le nouveau monde du travail en question

  • La conciliation des temps de vie privés et professionnels est devenue un enjeu pour les salariés comme pour les entreprises. Tout d'abord, pour des raisons sociologiques. Les salariés, notamment les nouvelles générations arrivant sur le marché du travail avec un niveau d'études élevé, souhaitent aujourd'hui pouvoir mieux partager leurs journées entre différentes activités, le travail n'étant plus le seul axe autour duquel se construit leur existence. Du fait de ce "polycentrisme", les salariés sont plus nombreux à souhaiter une articulation moins tranchée entre les temps dédiés aux activités professionnelles et ceux consacrés aux autres activités, quitte à accepter une forme de porosité entre eux : gérer ses affaires privées au travail et rapporter du travail à la maison. La non-prise en compte de ces évolutions, qui sont durables, peut avoir des conséquences pour les entreprises : absentéisme, climat social dégradé, etc.
  • Le développement de nouvelles formes d'organisation du travail, en lien avec son intensification, s'est traduit par une déstandardisation des temps professionnels, rendant leur articulation avec les autres...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous