© Shutterstock

Changer le travail

par François Desriaux / octobre 2015

Changer l'organisation, changer le management, changer la gouvernance, changer la finalité même du travail... Bref, changer tout ! Explorer de nouvelles voies pour sortir de l'intensification du travail, de la course effrénée à la productivité, mais aussi du travail de mauvaise qualité qui ne permet pas de s'épanouir et dégrade la santé. Modifier la production pour respecter l'environnement ou gagner en utilité sociale. Adopter de nouvelles organisations pour sortir de la crise, car, au-delà des risques psychosociaux et de l'épuisement des ressources humaines, leur efficacité est en question. A avoir trop ignoré le travail réel, qui crée la valeur économique, au profit de sa seule traduction financière, le capitalisme va droit dans le mur. Ce ne sont pas des ergonomes qui le disent, mais des experts en management et en gestion. Et si la compétitivité des entreprises et l'efficacité des pouvoirs publics passaient par une métamorphose du travail ? Ce n'est plus une vue de l'esprit. Des entreprises se libèrent et se démocratisent, des managers abandonnent leur reporting pour se réinvestir sur le travail... Changer le travail, ça commence ici et maintenant !

A Ambiance Bois, le bien-être passe par l'autogestion

par Joëlle Maraschin / octobre 2015

A la fois menuiserie, scierie et entreprise de construction, Ambiance Bois s'est créée avec l'objectif de rendre le travail moins pénible. Sa recette ? Un mélange de polyvalence, d'égalité salariale, de temps partiel, le tout sans hiérarchie et autogéré.

Aménagée dans les bâtiments d'une ancienne ferme sur le plateau de Millevaches, à Faux-la-Montagne (Creuse), Ambiance Bois est une société anonyme à participation ouvrière (Sapo). Un statut juridique rarissime en France. L'entreprise, créée en 1988 par un groupe de six jeunes amis fraîchement sortis de l'université, est spécialisée dans la fabrication et la vente de matériaux en mélèze de pays, l'éco-construction de maisons en bois, l'aménagement et la rénovation. La volonté de ses fondateurs, dont certains sont encore salariés de l'entreprise, était de vivre différemment un travail de production, en refusant les divisions traditionnelles décision/exécution, intellectuel/manuel. "Nous voulons prouver qu'il est possible de vivre positivement un travail qui bien souvent est vécu comme une peine", écrivaient-ils alors. Rêve utopiste ? L'entreprise fonctionne depuis près de trente ans et emploie aujourd'hui 25 salariés. Elle a conservé son organisation inédite : autogestion, absence de hiérarchie, salaires égaux pour tous quels que soient l'ancienneté ou les diplômes, polyvalence des tâches.

Si la qualité de vie au travail fut dès le départ une priorité pour les salariés d'Ambiance...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous