© Fabrice Pellé

La fonction publique en burn-out

par Stéphane Vincent, rédacteur en chef adjoint / janvier 2023

Epuisés, découragés… Ces dernières années, le débat public s’est fait l’écho régulièrement de la détresse exprimée par des fonctionnaires… A l’hôpital, mais aussi dans l’enseignement, la justice, etc. Ce n’est pas un concours de circonstances. Il faut y voir le résultat d’une modernisation de l’Etat menée sans concertation avec les agents, souvent au détriment de leurs conditions de travail. La mise en œuvre du concept de New Public Management et les réformes lancées depuis 2007 se sont accompagnées, entre autres, de réductions d’effectifs, de l’instauration d’une politique du chiffre et de logiques de production inspirées du privé, peu compatibles avec le maintien d’un service public de qualité. Une source de souffrance éthique pour les agents, qui ne peuvent plus mener à bien leur travail. Mais cela ne s’arrête pas là. Car les fonctionnaires, au sein de l’Etat, à l’hôpital ou dans les collectivités locales, sont particulièrement mal lotis en matière de prévention des risques professionnels. Du fait notamment d’un cadre réglementaire peu contraignant pour les employeurs, de pouvoirs limités accordés aux préventeurs, d’une tendance aussi des agents à s’oublier dans l’exercice de leurs missions, les atteintes à la santé liées au travail sont invisibilisées dans la fonction publique. Un voile pesant qu’il s’agit de lever, ce que des administrations et acteurs de terrain tentent de faire, non sans difficulté.

© Fabrice Pellé
© Fabrice Pellé

Prévention balbutiante dans la territoriale

par Joëlle Maraschin / janvier 2023

Les acteurs de prévention des collectivités locales ont fort à faire, entre la multiplicité de métiers, de risques et d’employeurs à gérer et l’absence de cadre réglementaire propice à leur action. Des obstacles qu’ils essaient de surmonter, non sans difficultés.

Avec 250 métiers différents exercés dans les collectivités, la fonction publique territoriale se caractérise par une multiplicité des risques professionnels. Les quelque 2 millions d’agents territoriaux, surtout des ouvriers ou employés de catégorie C, relèvent également de plus de 46 000 employeurs. Deux difficultés avec lesquelles les acteurs de prévention doivent composer au quotidien. Ceux-ci interviennent en général depuis un centre de gestion départemental (CDG). Les CDG, auxquels est affiliée la grande majorité des collectivités, accompagnent les élus employeurs en matière de santé et sécurité au travail. Quelques grandes collectivités disposent néanmoins de leurs propres ressources en interne.
Face à la diversité des risques, une partie des professionnels de la santé au travail tend à se spécialiser dans le suivi de certains métiers. « Des préventeurs s’occupent spécifiquement des agents travaillant aux espaces verts, d’autres des agents des ateliers ou encore de la police et du contrôle du stationnement », explique Elie Maroglou, responsable du service prévention et ergonomie de la ville de Lyon. Une logique de spécialisation qui a aussi cours chez les médecins du travail...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous