© Fanny Monier

Pour un renouveau de la santé au travail

par Stéphane Vincent / octobre 2021

Trente ans après la création de Santé & Travail, quel bilan peut-on faire de la prévention des risques professionnels ? Pour quelles perspectives ? Voilà en résumé le point de départ de ce dossier spécial. Avec un premier constat : si ces dernières décennies ont vu les connaissances s’accumuler sur les facteurs de risque liés au travail, tant psychiques que physiques, la prévention patine. Les troubles musculosquelettiques et les risques psychosociaux font désormais partie du paysage, sans qu’il semble possible d’en venir à bout. Le risque chimique est mieux pris en charge mais de nombreuses zones d’ombre demeurent. Il faut dire que l’accélération des changements dans les entreprises et institutions handicape sérieusement la prévention, qui s’inscrit sur le temps long. Il existe néanmoins des pistes pour faire mieux et autrement. Elles impliquent une réflexion plus globale sur le fonctionnement des organisations, les critères de performance, les interactions entre l’activité de travail, l’environnement, le vieillissement de la population active… Une démarche qui peut sembler théorique, complexe, mais qui pour réussir doit s’ancrer sur le terrain, sur les aspects concrets du travail réel. Comme en attestent les exemples dans les pages qui suivent : des actions en apparence limitées peuvent avoir des effets positifs plus durables que de grands chantiers. Une approche renouvelée de la prévention, modeste et ambitieuse à la fois.

© Fanny Monier
© Fanny Monier

Médecine du travail : des réformes à côté du sujet

par Mélissa Menetrier Jean-Michel Domergue, médeçins du travail / octobre 2021

On ne compte plus les rapports ni les lois qui ont transformé la médecine du travail en services de santé au travail. Malheureusement, les professionnels attendent encore « LA » réforme qui améliorera la prévention primaire des atteintes à la santé des salariés.

Ces dernières décennies, il y a eu presque autant de réformes de la santé au travail que de réformes des retraites. Depuis 2010, pas moins de trois lois ont été votées, suivies de leurs décrets d’application (voir « Repères »). Sans compter les rapports de mission d’experts, de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) ou de la Cour des comptes. Tout ça pour ça ? En dépit de ces textes, censés améliorer l’efficacité du dispositif de prévention, il n’a pas été en effet possible d’éviter la catastrophe sanitaire de l’amiante, ni d’endiguer les cancers professionnels, pas plus que les épidémies de troubles musculosquelettiques (TMS) et de risques psychosociaux (RPS). Le travail reste une source importante d’inégalités sociales de santé et d’écart d’espérance de vie entre les catégories socioprofessionnelles. Et, avec le recul de l’âge de la retraite, la pénibilité reste un facteur majeur d’éviction de l’emploi.
Tout n’a pas été négatif puisque ces réformes ont permis la mise en place, pour les médecins du travail, d’un tiers-temps réservé à l’action sur le terrain. La pluridisciplinarité a également été introduite dans les services de santé au travail (SST), avec l’arrivée d...

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous