Atelier pénitentiaire - © Rozenn Le Saint
Atelier pénitentiaire - © Rozenn Le Saint

Du travail pénitentiaire au dumping social

par Rozenn Le Saint / octobre 2016

En vantant auprès des entreprises le faible statut social des détenus, les ateliers pénitentiaires remportent des marchés jusqu'à présent confiés aux structures d'aide des handicapés par le travail. Au prix de quelles conditions de travail ?

"Un mode de rémunération basé sur la production réelle et des charges patronales moindres." C'est avec ce type d'argument que le ministère de la Justice vante les atouts du travail pénitentiaire sur son site Internet (voir "Sur le Net"). Les détenus : une main-d'oeuvre bon marché ? Le ministère promeut également la "flexibilité : une souplesse et une réactivité qui permettent de mobiliser rapidement un grand nombre d'opérateurs pour répondre aux commandes", ou encore "un cadre souple : le Code de procédure pénale indique que les relations de travail des personnes incarcérées ne font pas l'objet d'un contrat de travail".   Repère Selon les dernières données disponibles sur le travail pénitentiaire fournies par le ministère de la Ju...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également