"Le ministère de la Santé était trop faible pour faire contrepoids"

entretien avec William Dab, professeur titulaire de la chaire d'hygiène et sécurité au Conservatoire national des arts et métiers, président du conseil scientifique du plan national chlordécone de 2008 à 2010
par Eliane Patriarca / janvier 2019

Le récent discours du président de la République a-t-il marqué un tournant dans la gestion de la pollution massive des Antilles par le chlordécone ? William Dab : Sans aucun doute. C'est la première fois que le chef de l'Etat s'exprime sur le sujet. Le terme de "scandale" montre qu'il a pris la mesure de cette situation exceptionnelle et très regrettable. L'aveuglement dont il a parlé face à ce scandale environnemental renvoie, je crois, au retard à l'action considérable qui caractérise ce dossier. En quoi cette pollution est-elle exceptionnelle ? W. D. : Elle est unique par la durée de l'exposition : la terre est contaminée pour des siècles dans l'état actuel des techniques de dépollution. Ensuite, par le fait qu'une partie de la population générale dépasse la valeur toxicologique de...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous