"Nous misons sur la reconnaissance en accident du travail, plus simple à prouver"

entretien avec Michel Lallier, président de l'ASD-Pro
par Rozenn Le Saint / avril 2018

Parvenez-vous à faire reconnaître des troubles psychiques comme maladies professionnelles ? Michel Lallier : Parmi tous les dossiers que nous avons défendus, nous avons obtenu la reconnaissance en maladie professionnelle seulement quand il s'agissait d'un suicide. Le taux d'incapacité est alors forcément supérieur aux 25 % requis pour avoir accès au système complémentaire de reconnaissance. C'est la même logique aujourd'hui dans la fonction publique. En dehors des suicides, jamais le médecin-conseil de la Sécu n'accorde un taux supérieur à 25 %. Comment contournez-vous cette difficulté ? M. L. : Nous misons davantage sur la reconnaissance comme accident du travail, plus simple à prouver en cas de suicide ou de tentative de suicide sur le lieu du travail. Pour les autres cas - tentativ...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous