"Partir en retraite pour rompre avec un travail insupportable"

entretien avec Annie Jolivet, économiste au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET)
par Nathalie Quéruel / janvier 2019

Plus de 120 000 personnes ont répondu à l'enquête interactive lancée par la CFDT sur le thème "Parlons retraites". Annie Jolivet, économiste au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET), en présente les résultats, dont elle a piloté l'analyse.

Quelle est l'originalité de "Parlons retraites"1, l'enquête de la CFDT qui s'est déroulée l'été dernier ? Annie Jolivet : C'est une enquête interactive en ligne, avec un questionnaire riche, conçu pour susciter l'intérêt. Elle a enregistré plus de 120 000 réponses ; ce nombre considérable permet de produire des résultats fiables sur des relations entre variables. Son apport essentiel est d'articuler les perceptions sur la retraite et les intentions non seulement avec les données socio-économiques et démographiques classiques, mais aussi avec des éléments sur le travail actuel ou passé, le parcours professionnel, le statut d'emploi ou encore l'état de santé. Les résultats montrent que la question des retraites ne se pose pas indépendamment de ces éléments. Comment apparaît ce lien entre...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous

à lire également

Abus d'arrêts maladie : erreur de diagnostic !

La chasse aux arrêts maladie est l'un des chevaux de bataille de la "Sécu", qui laisse croire que les abus en matière de prescription sont légion. Inexact. Majoritairement, les salariés les repoussent...>>
par Line Spielmann sociologue (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) / avril 2017